mardi 20 décembre 2011

L'importance de recycler ou les dangers d'opter pour le biodégradable

Le 7 novembre dernier, je vous parlais de la boutique Cascades et de ses produits. Une lectrice me répondait que :

" Recycler du plastique coûte cher (en énergie) et pollue plus que d'en fabriquer du neuf.

Je ne parle même pas du papier recyclé!(Consommation d'eau, d'énergie de bois, de minéraux...) (...) Personnellement je pense que la solution est d'encourager la fabrication de produits biodégradables et non le recyclage."
Je n'ai pas répondu plus tôt car je souhaitais prendre le temps de "bien" le faire.

Cette personne a effectivement raison quand elle dit que le recyclage est polluant et coûteux, c'est pourquoi il est essentiel de RÉDUIRE notre consommation de biens, particulièrement non-durables. J’entends par là qu’il vaut mieux investir pour des biens qui dureront plus longtemps que d’acheter souvent des biens qui vont facilement s’user ou se briser. "Acheter moins mais mieux".

Mais dire que recycler est plus polluant que de fabriquer du neuf est totalement faux. Non seulement en recyclant il y a une part du travail de "création" du produit qui n'est pas à faire (ex : l'aluminium ne "pousse" pas dans la nature... il faut extraire la bauxite, la transformer... lorsqu'on recycle l'aluminium, on n'a "qu'à" le faire fondre... même histoire avec le plastique, fait à base de pétrole) , mais en plus, en recyclant on préserve la matière première.

Ainsi, recycler le pastique utilise 40 % moins d'énergie et 10 fois moins d'eau que d’en fabriquer du neuf. Une tonne de plastique recyclé représente une sauvegarde de 900 litres ou 800 kg de pétrole brut. L’aluminium recyclé utilise 95 % moins d’énergie, le verre 30%. Les métaux et le verre peuvent être recyclés à l'infini. Etc. !

Un autre point dans la réponse de la personne : je ne suis pas d'accord avec le fait de privilégier des articles biodégradables, au détriment du recyclage, et ce, pour quatre raisons :

1. Les articles "biodégradables" ne peuvent se décomposer qu'en présence d'air. Or, dans nos dépotoirs au Québec, ils sont enfouis alors ils ne peuvent se dégrader de toute manière (éventuellement lorsqu'on mettre en place la biométhanisation des déchets peut-être pourrons-nous envisager un meilleur avenir au "biodégradable") ;

2. L'article qui se décompose n'est plus. Sa vie vient de finir là. Je pense qu'il est important de donner à chaque article la plus logue vie possible. C’est pourquoi, par exemple, lors des formations sur le compostage, nous recommandons aux gens d’utiliser, s’ils n’ont pas de feuilles mortes ou de paille, du papier journal comme matière brune au lieu de papier blanc (qui lui peut avoir encore quelques vies via le recyclage). Le papier journal est quant à lui en fin de vie.


3.    3. Les plastiques "biodégradables", la plupart du temps, ont la propriété de se "morceler", et non de se décomposer. Ils ne sont pas sans danger pour l'environnement étant donné qu'on leur a souvent ajouté des produits chimiques pour qu'ils arrivent à se défaire. Quant au "bioplastique", qui serait fait de maïs, je doute fort que ce soit possible de faire des sacs, des verres  (transparents !) ou des ustensiles uniquement avec de la matière organique, sans produits chimiques.

4. L’invention des plastiques « compostables » n’est pas si bonne puisqu’ils ne peuvent pas être envoyés au recyclage (les gens le font quand même). Leur plastique pourrait "contaminer" celui qu’on veut réutiliser dans le "vrai" recyclage. Ex : quand on fabrique un meuble ou un bac de plastique recyclé, ou des fibres de tissus, on ne souhaite pas qu'ils se décomposent !!!

Pour conclure, il n'y a aucune réponse bonne pour "tout", qui nous éviterait la responsabilité de réfléchir à nos choix.

Même la biométhanisation n'est pas une solution idéale pour tout ! Ex : mes pelures et découpes de fruits et légumes, résidus de jardin, feuilles d'arbres, je ne veux pas les envoyer à l'éventuelle collecte de compostage de ma municipalité pour qu'ils servent à produire du méthane qui servira à me chauffer, par exemple, puisque ces matières organiques peuvent enrichir la terre sur mon terrain !!! Par contre, j'enverrai avec plaisir ce que je ne peux pas mettre dans mon composteur domestique !