vendredi 18 décembre 2009

Même si je fais plusieurs gestes en faveur de la protection de l'environnement, du développement durable, il me reste encore beaucoup de progrès à faire au niveau de l'achat éthique.

Nous sommes une famille à revenu moyennement faible, alors souvent, l'achat de produits équitable et/ou local est souvent hors de prix pour nous. Mais nous ne sommes pas fermés à l'idée, même que nous y adhérons de coeur, en attendant d'être en mesure d'accompagner les valeurs du geste qui va avec.

Ça fait déjà quelques années que j'achète du café équitable. Pas pour moi car je n'en bois pas, c'est pour mon Chéri. Dernièrement, il s'est acheté une marque qui n'est pas certifiée équitable à cause de son prix plus abordable, et je lui ai rappelé combien c'était important pour moi que pour ce produit, au moins, nous nous tournions vers des producteurs qui reçoivent un revenu décent.

Lorsque j'ai fait l'épicerie au début de cette semaine, je prévoyais acheter du chocolat. Je l'achète en grande palette que nous partageons. Ça fait moins d'emballage ! Le chocolat, j'en raffole et j'aime bien avoir en permanence dans le garde-manger. Cette fois, et j'ai pris la décision de poursuivre à l'avenir, j'ai choisi du chocolat certifié équitable.

Oui, il coûte plus cher, mais curieusement, nous en mangeons moins (moi, en tout cas !). Dans ma tête et mon coeur, il a plus de valeur. Pas vraiment parce que je l'ai payé plus cher, mais parce que lorsque j'en mange, j'ai l'impression de le faire à la santé de ceux qui ont participé à la culture du cacao puis fabriqué le chocolat.

"Acheter moins, achetez mieux", dit-on. Je m'y mets peu à peu. Chaque petit geste compte, n'est ce pas ? :0)

6 commentaires:

  1. Ces petits gestes sont difficiles.
    Le produit en promotion (rarement éthique) est affiché en grosses lettres avec son prix alléchant.
    Tandis que les conséquences d'acheter des produits issus du capitalisme sauvage ne sont pas visibles - c'est le charme de la mondialisation: les gens exploités sont loin.
    Personnellement, étant depuis peu végétarien, j'ai vu le prix de mes épiceries diminuer. Je n'ai donc pas l'excuse des finances pour faire un effort l'éviter la bonne affaire pour choisir la bonne action

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et bienvenue sur mon blogue !

    J'essaie d'inclure dans notre alimentation, peu à peu, des recettes végétariennes.

    Je prévois m'inscrire bientôt à l'Écomarché local. Ainsi, au moins, les viandes viendront de producteurs locaux.

    Merci d'Avoi laissé un commentaire, qui m'a permis de découvrir votre blogue ! :0)

    RépondreSupprimer
  3. Où est-ce cet écomarché ?

    Je rêve de pouvoir contribuer à la constitution d'une telle coopérative d'achat dans mon quartier (Hochelaga-Maisonneuve) afin de trouver des produits bio, locaux et éthiques. Pour encourager les petits producteurs et pour avoir un meilleur accès à de bons produits d'ici. C'est peut-être la voie d'avenir de l'alimentation. Et ce serait d'ailleurs ardu de proposer un tel projet sans viande. Mais si au moins, c'est de la viande bio d'ici, c'est au moins ça.

    RépondreSupprimer
  4. Cet ÉcoMarché a été mis sur pied grâce à Nature-Action, qui a des bureaux à St-Bruno et Beloeil. Il a 3 point de livraison : Beloeil, Ste-Julie et Chambly. Voici le lien de l'ÉcoMarché : www.ecomarchedesolidarite.org/catalog

    Je vous suggère de communiquer avec Nature-action, qui est peut-être intéressée à collaborer à la mise sur pied d'un tel projet dans votre quartier, ou au minimum vous diriger vers les ressources qui pourraient vous aider : www.nature-action.qc.ca

    Bonne chance dans vos démarches ! :0)

    RépondreSupprimer
  5. Merci, c'est grandement apprécié... :o)

    Je crois que le plus grand défi, c'est de mettre ensemble 40-50 personnes pour que le projet soit possible. Par la suite, il y a tellement de succès à copier ici et là au Québec qu'avec un peu de sérieux et d'huile de coude, ça ne peut qu'aboutir... !! :o)

    RépondreSupprimer